Les piliers du succès de la remédiation

 

L’évaluation Neuropsychologique


Se base sur la compréhension des limitations et des points faibles des aptitudes cognitives du patient.
La remédiation repose avant tout sur une évaluation Neurocognitive précise en expliquant les échecs du patient à un test.
La remédiation sera bien évidemment différente selon le type de dysfonctionnement cognitif.


La prise de conscience des difficultés


Le patient doit être au maximum impliqué dans la remédiation. La bonne compréhension des difficultés par le patient lui-même va permettre une optimisation de la plus-value liée à la remédiation.
Dans le cas contraire, nous risquons de ne pas pouvoir généraliser les apprentissages issus des séances et de ne pouvoir suffisamment motiver le patient face à sa rééducation.


La motivation


Cette composante est la plupart du temps renforcée par :
- La mise en place d’une bonne alliance thérapeutique
- L’appropriation de la remédiation par le patient (en étant par exemple impliqué dans l’élaboration des objectifs)
- La mise en avant des succès dans la remédiation.


La généralisation des apprentissages


Généraliser l’apprentissage est LA composante essentielle d’une remédiation réussie. En effet, l’amélioration de scores à un test Neuropsychologique ne peut être en soi une finalité. L’important étant bien entendu d’améliorer, comme nous avons pu le définir plus haut, le quotidien et les difficultés rencontrées par le patient dans sa vie de tous les jours.
L’approche écologique de la remédiation est un facteur essentiel face aux difficultés du patient.
Exemple : travailler sur l’attention visuelle et la recherche discriminative afin de renforcer la recherche d’information dans une consigne.
La généralisation repose entre autre sur le concept de similarité : ainsi, une habileté se transfère d’autant mieux que les contextes sont similaires.


La prise en charge pluridisciplinaire


Plusieurs composantes peuvent être touchées ; il est donc important d’axer le travail rééducatif en lien avec d’autres professionnels : Orthophonistes, Psychomotriciens, Ergothérapeutes …
La communication entre thérapeutes est donc très importante et repose sur le consensus entre professionnels, patient et famille quant aux objectifs à atteindre.
Elle permet donc la mise en commun de plusieurs expertises en évitant la pratique de thérapies isolées.

Lien vers la vidéo de la conférence

Lien vers le Mémoire « Effet de la Remédiation Neuropsychologique sur les aptitudes en Mémoire de Travail et en attention partagée » face aux troubles spécifiques des apprentissages